LA MOBILITÉ DURABLE : LA SOLUTION POUR DES VILLES PROPRES SANS EMBOUTEILLAGES.

1er décembre 2021

1. Introduction.

Le climat change dans le monde entier. Les conclusions du rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), publié en 2007, sont éloquentes à cet égard.[1]. Il est également certain que nous, les êtres humains, par la combustion de combustibles fossiles et par nos activités industrielles et agricoles, sommes la principale cause de ces changements climatiques.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les conséquences de la façon dont nous traitons la terre sont considérables, tant pour les personnes que pour l'environnement. Avec l'élévation du niveau de la mer, le nombre de personnes touchées par les inondations augmentera énormément. L'augmentation des conditions météorologiques extrêmes, telles que des ouragans de plus en plus puissants et des changements dans le régime des précipitations, fait déjà plus de victimes qu'auparavant. Une sécheresse accrue entraîne une augmentation des incendies de forêt et de la désertification. Dans les pays où il y a déjà une pénurie d'eau potable, cela ne fera qu'augmenter à l'avenir.

Les pays en développement sont particulièrement vulnérables au changement climatique car les possibilités d'adaptation y font souvent tout simplement défaut. Si nous voulons laisser une planète vivable aux générations futures et, en même temps, sauvegarder le droit d'existence de notre système économique, il faut vraiment que quelque chose change.

Jusqu'à récemment, la résolution de ces problèmes était le domaine exclusif des gouvernements et des organisations à but non lucratif. Entre-temps, les milieux d'affaires ont également pris conscience et sont convaincus qu'ils ne peuvent et ne doivent plus se cacher. La résolution des problèmes commence par la prise de responsabilité personnelle. Tant au niveau individuel qu'au niveau de l'organisation. Responsabilité personnelle et d'entreprise.

Une évolution positive est qu'un nombre croissant d'organisations et d'individus prennent leurs responsabilités de manière proactive et (veulent) apporter une contribution concrète à une société plus vivable et plus saine. Dans ce contexte, l'émergence de nouvelles initiatives et de nouveaux modèles d'affaires pour solutions (de mobilité) durables pour le problème du transport métropolitain est porteur d'espoir, stimulant et dégage en même temps beaucoup d'énergie positive.

Ces initiatives répondent aux souhaits et aux ambitions des politiciens, des conseils municipaux, des organisations et des citoyens, qui font tous l'expérience quotidienne que - dans ce cas - des formes de mobilité alternatives et plus durables deviennent rapidement nécessaires.

Le changement est un choix. Les changements fondamentaux de comportement prennent généralement beaucoup de temps avant que les résultats souhaités ne deviennent visibles. Du temps que l'on ne nous donne pas et que, compte tenu des énormes problèmes et défis auxquels notre société est confrontée au quotidien, nous n'avons tout simplement plus.

2. Les défis de chaque ville.

D'ici 2050, près de 70% de la population mondiale vivra dans les villes.[2]D'ici là, ces villes devraient représenter plus de 70% du produit brut mondial. Une ville moderne et fonctionnant de manière optimale revêt une importance vitale pour ses habitants, ses entreprises et ses visiteurs. Au cours des prochaines décennies, chaque (grand) environnement urbain sera confronté à des défis sociaux, culturels, économiques et écologiques majeurs. Ces défis requièrent une approche pratique, multidisciplinaire, holistique et à l'épreuve du temps pour répondre de manière adéquate aux menaces et aux opportunités. De nouvelles visions, solutions et formes de coopération entre les citoyens, les ONG, les entreprises et le gouvernement sont nécessaires pour créer un environnement urbain où il est sûr, agréable et surtout sain de vivre.

2.1 Tendances en Europe

Le cadre de vie sain est en constante régression et constitue donc l'un des principaux défis que les villes devront relever dans les années à venir. La mauvaise qualité de l'air a un impact négatif considérable sur la santé de nombreux groupes vulnérables de notre société : enfants, femmes enceintes et personnes âgées. Rien qu'au Royaume-Uni, 40 000 personnes meurent prématurément chaque année en raison de la mauvaise qualité de l'air.[3]. Le résultat est une augmentation énorme des coûts des soins de santé, coûts auxquels la société contribue finalement tous. L'un des principaux responsables de cette situation est l'augmentation rapide de la mauvaise qualité de l'air dans les villes, qui est en grande partie due à l'augmentation considérable du trafic (automobile).

En outre, l'augmentation du trafic dans et autour des villes d'Europe (et au-delà) entraîne chaque jour d'importants embouteillages, avec toutes les conséquences négatives que cela implique. La pollution atmosphérique et sonore augmente d'année en année. En outre, le trafic urbain est responsable de 40% des émissions de CO2 et de 70% des émissions d'autres polluants (fines) provenant du trafic routier.

Avec l'augmentation du trafic urbain, les villes ne deviennent pas seulement un lieu de vie malsain, elles deviennent aussi plus surpeuplées et moins accessibles. Cela entrave et détériore considérablement l'habitabilité et la compétitivité des villes.

2.2 Les véhicules électriques n'offrent pas de solution

Les experts affirment de plus en plus souvent que si les villes veulent résoudre leurs problèmes d'embouteillage à court terme et améliorer en même temps la qualité de l'air, une grande partie de tous les transports devrait se faire à pied, à vélo ou par les transports publics.[4].

Malgré l'opposition des sceptiques et des entrepreneurs qui, pour diverses raisons, ont du mal à imaginer un centre-ville sans voitures, camions et bus, de plus en plus de conseils municipaux envisagent sérieusement cette option par nécessité et dans une vision réaliste de l'avenir.

Le nombre de villes qui instaurent des dimanches périodiques sans voiture augmente chaque année. Des villes comme Barcelone, Berlin, Utrecht, Paris, Londres et Hambourg ont des plans concrets pour rendre de grandes parties de la ville accessibles uniquement aux piétons, aux cyclistes et aux voitures électriques.[5] [6].

Ce dernier point nous amène directement à une idée fausse très répandue : le déploiement à grande échelle de voitures et de bus électriques apportera une contribution positive substantielle à l'amélioration de la qualité de l'air dans les villes.

Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Des recherches récentes commandées par l'UE montrent que près de 50% de la mauvaise qualité de l'air est due aux particules de poussière nocives libérées par les pneus et les disques de frein des voitures/autobus lors du freinage, ainsi qu'aux poussières soufflées par le vent en raison du mouvement des véhicules.[7]. C'est pourquoi le grand professeur Frank Kelly[8] indique que, pour mettre fin à la pollution atmosphérique, les voitures et les bus devraient être interdits dans les villes et non - comme c'est le cas actuellement - remplacés par des voitures et des bus électriques[9].

Une proportion importante des déplacements à destination et en provenance de la ville concerne les déplacements domicile-travail. En Europe, 66% des professionnels actifs déclarent se rendre au travail en voiture privée, tandis que 34% utilisent les transports publics.

Près de 40% de ce groupe mettent plus de 45 minutes pour se rendre au travail, de porte à porte.[10].

2.3 Les vélos électriques : le chemin vers Rome ?

Cela nous amène à une alternative évidente : le vélo électrique. Le pedelec connaît actuellement une croissance rapide dans le monde entier et est considéré comme une alternative sérieuse à une grande partie de la circulation urbaine polluante d'aujourd'hui et à l'utilisation de la bicyclette. trajet domicile-travail.

L'utilisation généralisée des vélos électriques peut contribuer de manière significative à rendre les villes plus saines. Des villes où il est plus agréable de vivre et de travailler. Des villes plus accessibles. Ajoutez à cela le fait que le vélo contribue manifestement à la vitalité des employés et a un effet positif sur l'absentéisme.[11]. En d'autres termes, ceux qui font du vélo restent en bonne santé et vivent plus longtemps, selon une étude récente.[12].

3. Les Pays-Bas : un leader en matière de mobilité durable.

3.1 Le pedelec comme alternative sérieuse aux déplacements quotidiens

En 2021, la voiture restera le moyen le plus courant de se rendre dans les villes des Pays-Bas, même s'il existe de grandes différences entre les villes. À Amsterdam et à La Haye, la part de la voiture dans les déplacements domicile-travail est d'environ 55%, à Rotterdam elle est supérieure à 65% et à Utrecht supérieure à 60%. Pour les autres villes des Pays-Bas, les variations sont importantes, avec des pics comme Apeldoorn et Breda avec plus de 80% et des creux comme Leiden avec environ 50%.

Il est frappant de constater que la distance moyenne des déplacements domicile-travail aux Pays-Bas est de 22,6 kilomètres. Quatre Néerlandais sur dix ne doivent même pas quitter leur lieu de résidence. Selon les chiffres les plus récents du Bureau central des statistiques (CBS)[13].

Un grand nombre de salariés néerlandais vivent à moins de 15 kilomètres de leur lieu de travail. Une distance qui, en pratique, peut facilement être couverte avec un vélo électrique. Et avec le Speed Pedelec[14] Même une distance de 25 à 30 kilomètres peut être couverte facilement, ce qui permet aux employés vivant à une plus grande distance de leur lieu de travail de se déplacer de manière durable. Cependant, sur la distance de déplacement, 77% sont actuellement parcourus en voiture, 10% en train et seulement 6% à vélo. Ce trafic est distinct du trafic de travail à travail.

En bref, pour l'employeur néerlandais moderne qui accorde de l'importance à la durabilité et à la réduction de l'utilisation de voitures polluantes - pour les déplacements domicile-travail - il existe de nombreuses possibilités concrètes. En outre, il existe des possibilités pour les Pays-Bas - en plus d'être la capitale mondiale du cyclisme - de devenir un leader international (de la connaissance) dans le domaine de la mobilité durable.

3.2 De nombreux avantages pour les employeurs

Pour employeurs l'utilisation de vélos électriques pour ses employés constitue un avantage direct. un certain nombre d'avantages sur. Les employés qui se rendent au travail à vélo ont une plus grande fiabilité dans leurs déplacements (moins de risques de retards dus aux embouteillages et aux problèmes de stationnement), leur sécurité routière augmente (moins d'accidents de voiture) et le vélo contribue également à une meilleure santé. Tout cela permet aux employés d'arriver au travail moins stressés, ce qui favorise la satisfaction au travail et la productivité.[15].

En outre, les organisations peuvent réaliser des économies substantielles en encourageant leurs employés à utiliser plus souvent des vélos électriques pour se rendre au travail, car les vélos électriques sont moins chers que les voitures et/ou les transports publics.  

Les recherches montrent qu'un conducteur de voiture de location coûte plus de cinq fois plus cher qu'un navetteur en VO et pas moins de 32 fois plus cher qu'un navetteur à vélo.[16]. On peut dire que c'est mieux de prendre le vélo électrique. C'est mieux pour votre corps, l'environnement et votre porte-monnaie. Dans la pratique, cependant, les choses sont beaucoup plus difficiles. Même aux Pays-Bas, pays du vélo, les employés préfèrent encore la voiture au vélo ou au vélo électrique pour les trajets relativement courts, et les employeurs ne montrent guère l'exemple.

En 2019, par exemple, les salariés ont pondu en moyenne 9,7 %.[17] kilomètres par jour pour se rendre au travail et en revenir en voiture. Il y a là des opportunités pour les entreprises qui font de la mobilité durable le fer de lance de leur politique. La pratique montre que l'utilisation de vélos électriques encourage les employés à se rendre plus souvent au travail à vélo, à parcourir de plus grandes distances et à gagner du temps. En bref, l'utilisation de vélos électriques abaisse le seuil et augmente le potentiel des "employés à portée de vélo". Avec le pedelec, les entreprises, les employés et les villes vont littéralement de l'avant !

4. Résultats de recherches récentes.

Voici une sélection des résultats de recherches récemment menées[18] en ce qui concerne l'utilisation des pedelecs pour les déplacements domicile-travail, entre autres.

Plus d'un Néerlandais sur trois est prêt à utiliser un vélo électrique pour se rendre au travail si son patron lui en donne un.

  • 35% des Néerlandais souhaiteraient actuellement se rendre au travail en vélo électrique s'ils pouvaient en obtenir un de leur patron. Par ailleurs, 17% aimeraient se rendre au travail en vélo électrique s'ils devaient parcourir une distance plus courte pour se rendre au travail.
  • Parmi les personnes dont le trajet domicile-travail est inférieur à 25 kilomètres, 49% ont indiqué qu'elles utiliseraient un pedelec pour se rendre au travail si leur patron leur en donnait un.

 

Un quart des Néerlandais font du vélo tous les jours. Les propriétaires de vélos électriques font plus souvent du vélo que les non-propriétaires.

  • 22% de tous les Néerlandais font du vélo tous les jours.
  • La possession d'un pedelec augmente la fréquence de la pratique du vélo. Les propriétaires de vélos électriques font du vélo beaucoup plus souvent que les personnes qui n'en possèdent pas ; 78% des propriétaires font du vélo au moins plusieurs fois par semaine et 52% des non-propriétaires font du vélo au moins plusieurs fois par semaine. Ce chiffre a augmenté par rapport à 2016.


8% des Néerlandais utilisent un vélo électrique pour se rendre au travail.

  • La bicyclette ordinaire (32%) est toujours nettement plus utilisée pour les déplacements domicile-travail que le pedelec (8%).
  • Le pedelec est le plus souvent utilisé pour les déplacements domicile-travail par les 50-65 ans (14%).
  • 5% des Néerlandais utilisent principalement le vélo électrique et 22% un vélo ordinaire pour se rendre au travail.


62% des Néerlandais sont intéressés par la smartbike.

  • L'intérêt pour la smartbike est très élevé. 62% disent trouver la smartbike comme un moyen de transport (très) intéressant pour eux-mêmes.
  • Deux tiers des propriétaires de pédaliers intéressés par un vélo intelligent trouvent que la fonction de suivi et de repérage est intéressante.


Un vélo électrique à grande vitesse utilisé par 1 propriétaire de pedelec sur 20

  • Entre-temps, 21% de tous les Néerlandais possèdent un vélo électrique.
  • La grande majorité de ces pedelecs (95%) peuvent rouler jusqu'à 25 kilomètres par heure. 3% de tous les propriétaires ont un vélo électrique qui peut atteindre une vitesse maximale de 45 kilomètres par heure (un vélo électrique dit à grande vitesse). Ce pourcentage était le même que celui de 6% en 2016.


Le pedelec est acheté principalement pour sa commodité.

  • La raison la plus fréquemment citée pour l'achat d'un pedelec reste la facilité d'utilisation, par exemple avec un vent de face ou dans les collines (63%). Pour les personnes âgées de 50 ans ou moins, cette raison reste moins importante (45%). Dans ce groupe, il est plus important de ne pas arriver en sueur à destination.
  • Le fait que faire du vélo sur un vélo classique est physiquement trop lourd est cité nettement moins souvent comme raison d'achat d'un pedelec en 2018 qu'il y a deux ans (32%).
  • 10% a acheté un vélo électrique parce qu'il était (partiellement) remboursé par son emploi. Il s'agit d'un pourcentage plus élevé qu'en 2016 (7%).

5. Conclusion.

Le vélo électrique est de plus en plus considéré comme une alternative sérieuse, durable, saine et économique au transport en voiture et aux transports publics. Un vélo électrique permet de parcourir facilement jusqu'à 20 kilomètres pour les trajets domicile-travail, tandis qu'un Speed Pedelec permet de parcourir jusqu'à 35 kilomètres. Malgré les nombreux avantages qu'apporte le vélo électrique, celui-ci est encore relativement peu utilisé aux Pays-Bas comme alternative pour les déplacements domicile-travail. Intégrer le vélo électrique dans les réglementations existantes en matière de transport pour le personnel semble être le plus grand obstacle.

Cette situation devrait évoluer rapidement dans les années à venir. En partie à cause des limites des problèmes de circulation et de la prise de conscience croissante des employeurs et des employés que la manière dont nous gérons actuellement la mobilité - surtout dans les grandes villes - est une impasse. De plus, les employés découvrent que le vélo, et notamment le vélo électrique, peut être une excellente alternative pour le travail.

Imaginez si la population active mondiale changeait ses habitudes ? Et prenez le vélo électrique au lieu de la voiture ! Combien d'émissions de substances nocives en moins cela entraînerait-il ? Après tout, chaque kilomètre compte !

6. Références.

[1] Pour un aperçu complet des conséquences du réchauffement de la planète, veuillez vous référer au rapport 2007 du GIEC : Quatrième rapport d'évaluation du GIEC : changements climatiques 2007 (AR4)

[2] http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48240#.We8n9pNl-Rs

[3] https://www.rcplondon.ac.uk/projects/outputs/every-breath-we-take-lifelong-impact-air-pollution 

[4] https://www.theguardian.com/environment/2017/aug/04/fewer-cars-not-electric-cars-beat-air-pollution-says-top-uk-adviser-prof-frank-kelly

[5] http://www.carros.nl/achtergrond/autos-in-de-ban

[6] http://mobilitat.ajuntament.barcelona.cat/en/

[7] http://publications.jrc.ec.europa.eu/repository/bitstream/JRC89231/jrc89231-online%20final%20version%202.pdf 

[8] Frank Kelly est professeur de santé environnementale au King's College de Londres, président du Comité sur les effets médicaux des polluants atmosphériques et conseiller expert officiel du gouvernement britannique.

[9]  http://www.bbc.com/news/science-environment-40826648

[10] https://www.michaelpage.nl/nieuws-inzichten/studies/studie-woon-werkverkeer

[11] http://www.fietsberaad.nl/library/repository/bestanden/regelmatig_fietsen_KvL-L.09-01.971Nm_laag_DEF.pdf

[12] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2920084

[13] https://www.cbs.nl/nl-nl/nieuws/2017/32/bijna-4-op-de-10-werkt-en-woont-in-dezelfde-gemeente

[14] https://www.anwb.nl/fietsen/elektrische-fietsen/regels-speed-pedelec

[15] TNO, Le vélo est vert, sain et économique, 2010.   

[16] https://www.mt.nl/columns/leaserijder-ruim-5-keer-zo-duur-als-ov-forens-infographic/87462

[17] https://www.cbs.nl/nl-nl/visualisaties/verkeer-en-vervoer/personen/van-en-naar-werk

[18] Source : GfK 2018 | Univé Consumer Monitor | Le vélo électrique| mars 2018

Lire aussi :

fr_FRFR

Une mobilité sans souci ? Faites-en l'expérience maintenant.

Une mobilité sans souci ? Faites-en l'expérience maintenant.

Demandez votre brochure ici.